Forum des éducateurs et des travailleurs sociaux
Bienvenue

Cahier du soir d'un éducateur - Jean Cartry

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Cahier du soir d'un éducateur - Jean Cartry

Message par Meuraie le Sam 13 Juil 2013 - 2:28

Résumé :

Si le mot " cahier " évoque l'enfance, celui-ci est plein d'enfants. Ceux que nous accueillons chez nous depuis presque trente ans, la plupart ayant partagé la vie des nôtres.
Ouvert chaque semaine, ce cahier du soir contient des " moments éducatifs ", arrêts sur image d'un vécu partagé, éclairés de nombreuses lectures crépitant comme des " flashs " au long du texte. La réflexion clinique et théorique poursuit sans cesse les émotions complexes d'un vécu partagé avec des enfants en manque de soins maternels adéquats. Par instants, c'est l'enfant que fut l'auteur de ce cahier, qui surgit, d'un inconscient entrouvert, sans prévenir, comme pour donner sens à son engagement auprès des enfants carencés relationnels, tant il est vrai qu'on ne devient pas éducateur " pour rien ". Et cela, à des titres divers, concerne chacun de nous dans ce métier. Faufilée dans la trame du texte comme un fil rouge, apparaît une réflexion sur l'état et l'avenir d'une profession menacée par l'idéologie du lien, de la distance et du management libéral.

Mon avis :
Un livre à accessible et formateur. A lire

Extraits :

p.6 : "Dire non, c'est contenir dans les limites structurantes d'un refus sans appel. C'est inscrire un enfant entre des bornes, c'est donner forme à l'informe psychique du petit enfant."

p.61 : "Comment convaincre certains juges, inspecteurs de l'ASE, travailleurs sociaux, qu'il faut parfois que les parents et les enfants se quittent pour ne pas se perdre, que le mythe du grand retour a été conçu dans la dévotion biblique aux parents et par les projections inconscientes des responsables judiciaires et sociaux sur les parents d'enfants placés?"

p.85 : "Pour croire en l'adulte et faire l'expérience cruciale de la confiance, l'enfant, d'abord, doit être cru."

p.95 : "Les enfants d'aujourd'hui s'envoient parfois des mots grenades. Ils ont un lance-flammes dans la bouche."

p.99 : "Winnicott : "Nous sommes bien pauvres si nous ne sommes pas un peu fou"."

p.140 : "La clinique nous avait prévenu : au seuil de l'autonomie et de la liberté tant attendues, le jeune est confronté à son ambivalence. Sur sa face positive, il est impatient de partir; sur sa face négative l'angoisse infantile d'abandon se réactualise malgré le travail préparatoire que nous avons accompli avec lui depuis des mois. Il lui reste alors la solution, paradoxale, d'être odieux en vue de se faire littéralement pousser dehors en nous culpabilisant."
avatar
Meuraie
Débutant
Débutant

Féminin Réputation : 3
Date d'inscription : 01/05/2013
Age : 29
Localisation : France
Messages : 20

http://les-lectures-de-meuraie.skyrock.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum