Forum des éducateurs et des travailleurs sociaux
Bienvenue

Mes premiers pas d'éducateur en FAM

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Mes premiers pas d'éducateur en FAM

Message par elya le Ven 8 Mar 2013 - 19:46

Chose promise, chose due !

J'ai commencé des remplacements en FAM le week-end dernier, FAM qui accueille une quarantaine d'adultes autistes et TED répartis sur plusieurs pavillons en fonction de leur autonomie et de leur pathologie. Sur chaque pavillon, on trouve une équipe composé d'un éduc spé, un ME, et trois AMP/aide soignantes. Pour le confort de l'équipe de permanents, une équipe de remplaçants a été composée par la direction pour éviter que ça soit aux titulaires de décaler leur horaires pour palier un manque éventuel. De la même manière, ils font appel aux remplaçants quand il y a beaucoup de résidents présents les week-ends, afin que les collègues ne soient pas seuls.

De ce fait, j'ai été super bien accueillie par les différents collègues avec qui j'ai bossé, parce qu'ils ont l'habitude de voir des nouveaux débarquer et que cet accueil a justement été vachement bossé en amont (il y a des fiches indicatives pour les remplaçants, sur ce qu'il faut faire à chaque moment de la journée, les rituels des résidants, les tâches à ne pas oublier....) bref, c'est super bien ficelé et c'est très aidant ! On n'a pas l'impression de débarquer dans l'inconnu total et on sent que notre arrivée a été préparée et ça, ça fait du bien ! De la même manière, avant de commencer mes remplacements, le chef de service m'avait demandé d'envoyer une photo de moi sur le mail des équipes pour qu'ils puissent afficher ma photo sur le planning des résidants, qu'ils puissent m'identifier !

Voilà pour le fonctionnement. Pour ce qui est de l'entrée en relation, pas trop de difficulté : les résidants viennent sans problème vers moi, je suis plutôt à l'aise. Sur un des groupes toutefois, aucun des résidants n'a accès au verbal, ils n'emploient que quelques mots, ce qui a été nouveau pour moi (pour un groupe entier, j'entends. Il en découle par exemple de longs silences à table, ce à quoi je ne suis pas habituée !). En contrepartie, je sens immédiatement que le regard est très important : certains se "braquent" quand on les regarde, d'autres ne cherchent que cela, en nous fixant avec insistance. Sur le groupe plus autonome, j'ai retrouvé un peu l'ambiance du foyer d'hébergement, avec la possibilité de passer par le langage voire par l'humour, ce qui m'a fait un bien fou !

Concernant les pathologies et le niveau d'autonomie des résidants, c'est très hétérogène. Les fiches pour les remplaçants nous indiquent ceux qui ont juste besoin d'une guidance verbale, ceux où il est nécessaire d'être dans un accompagnement plus soutenu. Je pense avoir eu parfois tendance à me faire avoir, les résidants "testant" en me sollicitant pour des choses qu'en fait ils savent faire seuls. Mais bon, du coup j'apprends à les connaître et le fait de reprendre cela avec eux, ça permet aussi d'être en relation ! Bref, de manière générale, j'ai eu la sensation de retrouver mes repères, d'être plutôt à l'aise, en tous cas, d'être convaincue d'avoir ma place là-bas.

Le plus difficile aura été un résidant, qui a une stéréotypie bien particulière : il se met des claques, sans cesse, et ce pendant parfois des heures, toujours du même côté. Je ne vais pas rentrer dans les détails de son histoire, mais il s'est toujours auto mutilé selon ma collègue, sur différentes parties du corps. Je suis restée seule avec lui tout samedi après-midi, ce que j'ai très mal vécu. J'ai bien tenté de le poser, de le canaliser, de lui proposer des choses et d'autres... Rien à faire. Il finira par faire un tour dans le parc pendant plus d'une heure mais sans cesser de se frapper. Je ne pouvais pas lui suivre, étant seule sur le groupe. En échangeant avec des collègues, elles sont toutes autant démunies, la psy propose actuellement un travail sur le corps, par le biais d'objets doux, ou qui le stimulent, pour qu'il sente son corps. A voir... Mais quoi qu'il en soit, je ne m'étais jamais sentie aussi mal, au point de ne plus supporter ce claquement sur sa joue. J'ai souvent eu à gérer des conflits entre des enfants, des résidants, mais l'auto mutilation à ce point, je n'avais jamais vu ça. Et je crois que rien ne peut préparer à ça...

Je continue les remplacements les jours à venir, sur les week-ends et sur ce groupe (le moins autonome de ceux que j'ai vu pour l'instant).

Globalement, même si c'est que pour des remplacements, je sens que je vais me plaire là-bas Very Happy
avatar
elya
Impliqué
Impliqué

Féminin Réputation : 4
Date d'inscription : 15/01/2013
Age : 32
Localisation : Bordeaux
Messages : 151

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mes premiers pas d'éducateur en FAM

Message par Michel7034 le Ven 8 Mar 2013 - 21:56

Bonsoir,

Ça, c'est un très bon compte rendu pour un forum d'éducateur spécialisé Very Happy (private joke, seul Seb pourra aussi comprendre)

Blague à part, c'est vrai que l'automutilation est un comportement avec lequel j'ai aussi beaucoup de mal.

Cela pourrait aussi intéressant d'ouvrir un sujet sur ce thème en particulier...
avatar
Michel7034
Administrateur
Administrateur

Masculin Réputation : 94
Date d'inscription : 15/01/2013
Age : 54
Localisation : Mons
Emploi/loisirs : Educateur responsable d'un foyer médicalisé pour personnes handicapées mentales
Humeur : Motivé !
Messages : 1561

http://forum-educateurs.forumgratuit.eu

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mes premiers pas d'éducateur en FAM

Message par elya le Ven 8 Mar 2013 - 22:05

Vrai, j'y vais de ce pas ! Smile
avatar
elya
Impliqué
Impliqué

Féminin Réputation : 4
Date d'inscription : 15/01/2013
Age : 32
Localisation : Bordeaux
Messages : 151

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mes premiers pas d'éducateur en FAM

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum